Alimentation

La vérification corporelle entrave notre capacité à écouter notre corps

Si aujourd’hui tu essaies de sortir des régimes, du cycle restriction-compulsion, si tu souhaites te reconnecter à tes signaux corporels, à supprimer la culpabilité alimentaire ou la honte corporelle, il y a un comportement qui peut t’empêcher de le faire c’est la vérification corporelle.

La vérification corporelle c’est quoi ?

La vérification ou la surveillance corporelle c’est quand tu examines de façon compulsive ton poids ou ton apparence. Il existe de nombreuses façons de vérifier ton corps. Certaines personnes se pèsent de manière obsessionnelle tous les matins, voire plusieurs fois par jour, tandis que d’autres vont essayer régulièrement un pantalon ou un haut pour évaluer comment leur corps évolue.

Souvent, elles vont se focaliser sur une partie spécifique de leur corps.

vérification corporelle en se pinçant le ventre

Par exemple, personnellement, c’était mon ventre qui était l’objet de toute mon attention. Je me pinçais le ventre pour voir si mon bourrelet était plus gros ou moins gros que la veille. Et dès que je passais devant un miroir ou une vitre réfléchissante, je ne pouvais m’empêcher de me mettre de profil pour vérifier que ma silhouette n’était pas trop épaisse. M’obligeant parfois à passer une partie de ma journée avec le ventre rentré, pour donner l’illusion que ma silhouette était plus fine qu’elle ne l’était vraiment.

D’autres personnes se focalisent plutôt sur leurs cuisses, leurs bras, leur menton, leur visage ou toute autre partie du corps qu’elles pensent «disgracieuses».

Souvent, les vérifications corporelles sont devenues une telle habitude que nous les effectuons inconsciemment, sans même nous en rendre compte, tout au long de la journée.

Ces comportements peuvent être plus ou moins récurrents.

Parfois il peut s’agir de monter sur une balance seulement toutes les deux à trois semaines. 

D’autres fois, cela peut devenir plus oppressant, au point où notre esprit est obnubilé presque constamment par la partie du corps qui nous gène. Et par ce que nous pouvons faire pour y remédier comme un régime ou du sport pour essayer de le faire disparaître.

La vérification corporelle entrave notre capacité à écouter notre corps

La vérification corporelle en essayant des vêtements

L’impact de ces comportements est souvent nuisible.

Déjà, parce que si nous ne sommes pas satisfait de notre vérification corporelle, cela peut renforcer la conviction que notre corps est un problème ou que quelque chose ne va pas chez nous. Et nous amener à ressentir de l’anxiété, de la peur ou encore de la honte.

Notre désir naturel et humain de vouloir nous débarrasser de ces sentiments négatifs se traduit souvent par le besoin d’ « améliorer » notre corps. Ce qui provoque chez certaines personnes des comportements alimentaires restrictifs et/ou un surentraînement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 étapes vers la satisfaction alimentaire

Si tout cela te semble familier, tu n’es pas seul !

Alors comment arrêter la vérification corporelle ? 

Déjà, souviens-toi que les habitudes de vérifications corporelles se développent avec le temps, ce qui signifie qu’il faudra également du temps pour qu’elles diminuent et s’arrêtent. 

Voici 3 étapes qui pourront t’y aider :

Étape 1 : Prendre conscience de tes vérifications corporelles

Quelles stratégies utilises-tu pour évaluer ton corps ou ton poids ? 

Quand cela arrive-t-il ? 

À quelle fréquence le fais-tu ?

Vérification corporelle en mesurant son tour de taille

Fais une liste de toutes les méthodes que tu utilises pour vérifier ton corps, qu’il s’agisse de peser, de mesurer, de toucher ton corps, d’essayer des vêtements ou de te regarder dans un miroir.

Remarque toutes les différentes façons dont tu surveilles ton apparence.

Étape 2 : Prendre conscience de ce que tu ressens

–   Pourquoi ressens-tu le besoin de surveiller ton corps ?

–  Comment tu te sens après avoir vérifié ton corps ?

–   Comment cela affecte ta capacité à respecter ton corps ?

–   Y a-t-il certaines situations, sentiments ou pensées qui t’incitent à faire des vérifications corporelles ?

Je pense notamment aux médias. Est-ce que ce que tu lis ou regarde te fait te sentir mal dans ta peau ? Est-ce que cela te donne envie de te comparer à d’autres personnes ? Est-ce qu’ils encouragent une certaine façon de manger en éliminant par exemple certains aliments ou groupes d’aliments ? Est-ce qu’ils montrent principalement des personnes aux corps minces ? 

Diversifier ce que tu regardes pour voir des personnes de toutes formes, tailles, et couleurs différentes, te permet d’élargir ta définition de ce qu’est un corps normal. Plus tu verras de personnes avec des bourrelets, de la cellulite, des vergetures, et j’en passe. Plus tu te rendras compte que c’est tout à fait normal.

Étape 3 : Résister à l’envie de surveiller ton corps

Au départ, il peut être utile de te séparer de ta balance, de couvrir les miroirs et de porter des vêtements plus amples afin d’être moins disposé à vérifier ton apparence.

Ensuite, il peut être utile de rechercher des outils que tu peux utiliser lorsque tu ressentiras le besoin de vérifier ton apparence. 

Lorsque tu as envie de surveiller ton corps, demande-toi de quoi pourrais-tu vraiment avoir besoin ?

Comme appeler un proche, sortir voir des amis, aller te promener, écouter de la musique, lire un livre ou regarder un film, te faire plaisir, etc. 

Au fil du temps, à mesure que tu réduiras tes vérifications corporelles, les envies de le faire se feront de plus en plus rares. En vérifiant moins souvent ton corps, tu le traiteras avec plus de bienveillance et tu créeras plus d’espace pour pouvoir te connecter et écouter les signaux qu’il t’envoie, et te nourrir convenablement.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

Laisser un commentaire

Recevez votre cadeau :

5 étapes pour débuter avec l'alimentation intuitive !